Le web a-t-il tué les guides de voyage ?

 

Les sites internet de voyage fleurissent sur la toile. Des réseaux sociaux dédiés ont vu le jour comme nous avions pu l’évoquer précédemment dans un ancien article avec l’exemple de Tripayo. Le développement de sites de voyage, de forums pour les voyageurs ou encore de blogs très complets sur de nombreuses destinations nous amènent à nous poser la question suivante : quel est l’avenir des guides touristiques ?

Si vous aimez les voyages, vous avez sûrement déjà acheté un livre sur l’une des destinations que vous alliez visiter, que ce soit le Guide du Routard, le Lonely Planet ou encore le Guide Vert Michelin. L’objectif de ces ouvrages est relativement le même : dénicher des bons plans pour les voyageurs (hôtels, campings, chambres d’hôte et visites à ne pas manquer) mais étudions plus en détail les spécificités de certains guides.

guide du routard tourisme

©expedition-marketing.fr

 

Le Guide du Routard dixit pour voyageurs fauchés

Il fête ses 40 ans cette année et il est le plus convoité avec 2,5 millions d’exemplaires vendus par an en France. Tout est parti d’un road trip réalisé par son fondateur, Philippe Gloaguen, sur la route des Indes qui raconte les bons plans et astuces qu’il a utilisés au cours de son voyage. Aujourd’hui plus de 150 titres existent avec des éditions spéciales en italien, espagnol et néerlandais. Il faut compter environ 13 euros pour être l’heureux possesseur du « Routard ». Le ton employé est depuis ses débuts décalé et les rédacteurs n’hésitent pas à être direct et francs quant aux prestations testées dans les restaurants ou autres petits hôtels. Eviter de le prendre si vous ne souhaitez pas être repérés à des kilomètres à la ronde comme le petit frenchy du coin !

 

La version en couleur : le Lonely Planet

Le guide australien a vu le jour la même année que le Routard et a été crée par un couple britannique hippie. A l’origine, il ressemblait fortement à la version française mais aujourd’hui il a une image un peu plus classe et il suffit de le feuilleter pour s’apercevoir qu’il est très différent. En effet, haut en couleur (contrairement au guide du Routard qui conserve le noir et blanc sans aucune photographie), ses pages presque glacées démontrent une volonté de se distinguer esthétiquement du moins. Pour ce qui est des informations qu’on y trouve, le Lonely Planet est plus fourni mais notez que l’on retrouve de nombreuses adresses identiques à celles du Routard. Plus cher que son confrère français, il faut débourser environ 20 euros (voire un peu plus selon les ouvrages).

 

guide vert michelin tourisme

©expedition-marketing.fr

Le Guide Vert Michelin

Légèrement moins connu que les deux autres guides présentés ci-dessus, le Guide Vert Michelin reste un acteur important dans le secteur des guides touristiques. Principalement perçu comme le spécialiste des régions françaises, il propose également des titres sur de nombreuses destinations étrangères. Il coûte environ 20 euros (plus ou moins selon les destinations) et propose des descriptifs détaillés accompagnés de photos.

D’autres guides de voyage existent sur le marché bien entendu comme par exemple le Guide Voir, le GEOGUIDE ou encore Le Petit Futé mais il ne s’agit pas de faire ici une présentation exhaustive de l’ensemble des livres de voyage du marché.

 

Des guides avec des atouts indéniables

Ce billet est pour nous l’occasion de mettre en évidence les avantages de ces ouvrages et ce, malgré la place prépondérante de sites de conseils aux voyageurs en tout genre que l’on retrouve sur le web.

  • Pratique et économique

Pour commencer, les guides en version papier restent très pratiques pour les voyageurs car on peut les emmener partout. En effet, ils ne nécessitent pas de prise de courant ni de connexion wifi, quoi que l’électricité peut être utile si on souhaite le lire le soir ! De plus, si l’on calcule le coût d’une connexion internet que ce soit dans un cybercafé ou alors en utilisant son téléphone mobile ou sa tablette à l’étranger, on se rend vite compte que l’achat d’un guide est somme toute plus rentable !

Pas de problème de transport également, la plupart des guides rentrent aisément dans un sac à dos voir dans un sac à main (si celui-ci n’a pas la taille d’une pochette) et en général le poids des guides est relativement léger, donc pas d’excuse d’excédent de bagage.

  • Un format  sans risque

Voyager, c’est découvrir de nouvelles régions et qui dit voyage dit imprévus et conditions parfois extrêmes. Privilégier un guide touristique en format papier est aussi un signe de prudence. Effectivement, il est parfois plus raisonnable d’avoir son guide en poche plutôt que le dernier appareil électronique à la mode car outre les risques de vol dans certains pays, les conditions climatiques peuvent aussi avoir des conséquences néfastes sur vos bijoux de technologie.

  • Ecorné, griffonné et commenté

L’avantage des guides touristiques est de pouvoir ajouter au gré de ses envies des annotations mais aussi de nombreux marques pages. Un guide de voyage revient rarement indemne d’un périple mais l’objectif est qu’il vous accompagne dans toutes vos excursions donc au diable les pages écornées !

  • Un guide qui vous ressemble

Comme nous avons pu le voir, il existe toutes sortes d’ouvrages et il y en a pour tous les goûts : les baroudeurs, les bobos, les amateurs d’histoire et bien d’autres. L’intérêt de ces livres est qu’ils regroupent des informations variées sur la destination choisie avec de nombreux bons plans. A vous d’adopter le guide de voyage qui vous correspond et puis si vous êtes indécis rien ne vous empêche d’en prendre plusieurs !

L’avenir des guides de voyage n’est pas terminé et ce, malgré l’essor de nombreux portails web qui traitent de la thématique des voyages. Ces sites web mais aussi ces applications mobiles et sur tablette complètent l’offre du marché en apportant des contenus supplémentaires. Si vous partez en voyage prochainement, vous devriez trouver votre bonheur sur la toile mais aussi dans les librairies !

 

Et vous, vous êtes plutôt Guide du Routard, Lonely Planet, Guide Vert ou alors voyagez-vous sans aucune bible de voyageur ?

7 réponses à to “Le web a-t-il tué les guides de voyage ?”

  • Mélanie dit :

    Bonne question ! Effectivement c’est une problématique importante pour le secteur de l’édition mais on peut aussi noter que les grands du marché comme le Routard se sont lancés sur le web. Il me semble avoir entendu que leur site internet est un des portails les plus visités en France !

    • admin dit :

      Merci Mélanie pour votre intervention. Effectivement, le site web du Routard compte 2,3 millions de visiteurs uniques par mois, un score plutôt impressionnant !

  • dani rose dit :

    excellent article et suis tout à fait de votre avis, les guides survivront au web

  • Ludo dit :

    Très bon article ça fait plaisir. J’aime beaucoup ce blog très instructif et qui pousse à la réflexion.

  • gigi michel dit :

    J’ai lu avec attention cet article. En effet j’étais hésitante pour mon prochain voyage. Allais-je prendre,comme d’habitude, mon guide ou me laisser tenter par ma tablette ?
    Au diable ma tablette… Je vais coincer mon guide dans mon sac à dos , comme chaque année. Le plaisir de toucher, feuilleter, revenir sur des infos et pas d’inquiétude pour le branchement de ma tablette ou même sa disparition.

  • Burel dit :

    Bonjour,

    Le titre de votre article est plutôt radical…

    Je pense qu’il vaut mieux parler de complémentarité. L’utilisation du web se focalise principalement sur la préparation du voyage (en consultant notamment les avis des voyageurs et sur la réservation en ligne -hébergements, vols, …). Le guide trouve toute sa place pendant le séjour ou le voyage, car il offre des contenus d’infos beaucoup plus détaillés. Il est quand même curieux de constater que les majors qui disposent tous d’une gamme de guides complets, proposent également un site en ligne, et ce n’est pas par hasard. Si vous avez l’habitude de voyager en France ou à l’étranger, arrêtez-vous 2 minutes, regardez autour de vous et vous constaterez que le support papier à de beaux jours devant lui…

Laisser un commentaire

Journal